Des rages de jalousie

Chapitre 6

Le lendemain matin, Ricardo sonna à la porte de Betty. Betty alla ouvrir.
– Ricardo?! Quelle surprise! Qu'est-ce que tu fais là?
– Ben... J'aimerais t'accompagner à l'école.
– C'est une bonne idée, donne-moi 2 minutes.
Après que Betty eut pris ses choses, ils prirent la route de l'école. Quand ils arrivèrent, Véronica aperçut Betty et courut à sa rencontre.
– Betty, j'ai appris la mauvaise nouvelle.
– C'est peut-être une mauvaise nouvelle, mais c'en est une bonne pour toi, rétorqua celle-ci.
Véronica se retourna et remarqua la présence d'un beau garçon.
– Wow! Betty, tu me le présentes pas? dit-elle avec son fameux sourire.
– Oui, oui Véronica. Ricardo, je te présente Véronica. Véronica, je te présente Ricardo. Il vient d'Espagne.
– Wow! D'Espagne! Je suis déjà allé en Espagne. J'adore ce pays! Et figure-toi que blablablablabla... commença Véronica.
Elle prit le bras de Ricardo et marcha en avant de Betty en continuant de bavarder. Betty, connaissant le jeu de Véronica, n'en prêta pas attention. À chaque fois, c'était pareil: Betty présentait un ami à Véronica et celle-ci ne perdait pas un instant pour le "cruiser". Elle en avait assez. Elle se dit que c'était la dernière fois qu'elle allait se sentir abandonnée. Elle allait dire à son amie, sans gêne, ce qu'elle ressentait mais à peine avait-elle fini de penser qu'elle sentit le bras de Ricardo autour de son épaule. Et là, elle entendit des mots qu'elle n'avait jamais entendus auparavant.
– Je suis désolé Véronica, mais c'est Betty que j'invite au bal de rentrée scolaire.
– Quoi? Me faire ça! Tu le regretteras! Vas-y! Sors donc avec cette fille de 2e classe!répondit-elle furieuse en partant.
– Est-elle toujours avec ce caractère? demanda Ricardo à Betty.
– Non, car c'est pas souvent qu'elle se fait refuser un rendez-vous, répondit celle-ci.
– Ah, je vois. Et elle ose se dire ton amie?
– Là, elle était fâchée. C'est vrai qu'elle a du caractère mais quand tu la connais bien, c'est une chouette amie.
– On verra.
– Ricardo... Pourquoi as-tu refusé Véronica?
– J'aime pas les personnes qui se croient le nombril du monde.
– Ah... Et... Tu veux vraiment m'inviter au bal... Ou c'était rien que pour éloigner Véronica?
– Mais bien sûr que je veux sortir, pardon, t'inviter au bal. À moins que tu attendes la demande d'Archie...
– Quoi! Tu sais que je veux plus sortir avec lui.
– Oui mais, tu l'aimes encore et je pensais que t'aurais encore espéré une autre chance de sa part... Je n'aurais pas pu le supporter.
– Écoute... Je te l'ai déjà dit, je veux plus rien savoir...
Elle arrêta soudainement et demanda en le regardant au plus profond de ses yeux:
– Es-tu jaloux?
– Non! Je suis seulement... seulement... jaloux... Tu as raison Betty. Quand j'ai vu comment tu étais dévastée à cause de lui, je l'enviais de l'amour que tu lui portais et j'ai peur que tu aies encore cet amour pour lui.
– Ricardo est-ce que tu...
Elle s'arrêta brusquement en entendant la cloche.
– Oh oh... Tu me poseras la question une autre fois Betty. Alors, tu viens au bal avec moi?
– Oui Ricardo.
Son ami afficha un grand sourire.

Un peu plus tard, quand Betty était à son casier, Véronica vint lui parler.
– Hé blondine! Donc, il t'a vraiment invité?
– Oui! Écoute Véronica, je sais que tu voulais qu'il t'invite mais comprends-le, il te connaît à peine!
– Ça marchait bien avant avec tes autres copains...
Betty la regarda d'un air furieux.
– Je niaise Betty!
– Et pourtant t'as raison.
– Le gars m'a l'air vraiment bien. C'est quoi son nom? Au complet?
– Ricardo de la Peña.
– Non! Tu me blagues!
– Quoi!? C'est un prince? dit Betty en se moquant de l'expression qu'avait faite Véronica.
– Non mais presque.
– Quoi?
– C'est sûrement le fils de l'homme que mon père m'a parlé.
– Et?
– Cette famille est la deuxième plus riche en Espagne! T'imagines leur fortune! Il me semblait que son prénom m'était familier.
– Je savais pas... Je savais seulement qu'il était venu s'installer ici à Riverdale.
– Exactement! Son père vient négocier avec le mien. Ils veulent faire construire une immense usine, c'est pour ça qu'ils vont devoir rester pas mal longtemps.
– Ça s'explique. Et bien, j'aurais jamais cru. Pourquoi ne m'a-t-il rien dit?
– Betty! Tu t'en rends pas compte?
– De quoi?
– Tu vas sortir avec l'un des plus riches hommes sur la Terre!
– Et?
– Betty! Le fais-tu exprès?! Ça ne te fait rien?!
– Excuse-moi mais c'est pas moi qui a tout cet argent, alors ça ne me fait rien! Je ne te comprends pas! C'est le même gars avec ou sans sa fortune.
– T'as raison, tu ne comprends pas!
– Bon, j'ai un cours alors ciao!
– Je t'envie! cria Véronica.
– Ouais c'est ça! Ne me dis pas que t'es jalouse! répondit celle-ci au loin.
– Oui, mais pas pour longtemps car il sera à moi, murmura cette dernière.

suivre...



Épisode suivant


Retour au menu de cette fiction
Retour à la page des fictions
Retour à l'entrée du site