Des rages de jalousie

Chapitre 13

La soirée était très douce et calme, malgré les rires et les conversations qui venaient du club où était Ricardo. Le jeune homme était assis sur la véranda et regardait le petit ruisseau qui passait par le beau jardin qu'avait le club. Il pensait à Betty et se sentait mal de la nier ainsi mais si seulement il pouvait y faire quelque chose. Il ne savait pas comment lui expliquer que son père voulait qu'il y aille seul pour ne pas avoir toute la société derrière lui à cause d'un nouvel amour qu'il avait. Il aurait tant aimé être avec elle en ce moment au lieu d'être ici à attendre ennuyeusement que la soirée se termine. Il n'aimait pas vraiment le poker, même s'il était l'un des meilleurs du club. Il soupira et continua ses longues pensées. Il était tellement concentré qu'il ne vit pas venir une jolie brunette avec une robe de soirée très attrayante et décolletée. Elle s'approcha et le salua. Ricardo sursauta et la regarda. Il fut ébloui par sa beauté mais se mit a réfléchir car il ne l'avait jamais vue auparavant. Celle-ci le voyant confus, elle décida de lui expliquer.
– Je sais, vous m'avez jamais vue auparavant. Je viens presque jamais à ce club. Je le trouve trop ennuyant. Pas vous?
– Je... bégaya celui-ci qui ne savait pas trop quoi dire à la belle inconnue.
– Mon dieu, êtes-vous correct? Vous devez être dans un de ces états puisque vous ne m'avez même pas saluée.
– Excusez-moi mademoiselle, j'étais trop concentrée dans mes pensées que j'ai oublié mes bonnes manières. Permettez-moi de me présenter, Ricardo...
– De la Pena...
– Vous me connaissez?
– Qui ne vous connaîtrait pas? Le fils d'un grand milliardaire... Vous êtes fameux vous savez?
– Euh... si on veut...
«Ça dépend du monde on dirait» pensa-t-il puisque Betty n'avait aucune idée de qui il était au début.
– Je me nomme Alexandra Perez.
– Enchanté, vous êtes sans doute Espagnole.
– C'est cela. Puis-je m'asseoir avec vous?
– Avec plaisir.
Ricardo lui tira la chaise pour qu'elle s'assoie et celle-ci s'installa. Ils faisaient face au ruisseau et ne pouvaient voir derrière eux à part Alexandra qui se plaça d'une autre manière. «Excellent» pensa-t-elle. Ils conversèrent et Ricardo ne tarda pas à remarquer qu'elle cherchait quelque chose. Il se méfiait de la belle inconnue qui lui était tombée comme par hasard. «Trop comme par hasard» se dit-il. Il continua tout de même a converser avec elle.

Pendant ce temps dans la voiture de Ron, Betty se sentait nerveuse et pressentait quelque chose de mauvais. Elle avait peur, peur de la vérité qu'elle redoutait le plus. Ricardo est l'amour qu'elle attendait depuis longtemps et elle ne voulait pas le perdre. Elle n'eut pas le temps de continuer ses pensées que Ron l'interrompit.
– Betty chérie, à quoi penses-tu?
– À rien.
– Ne t'en fais pas, je suis sûre qu'il n'aime rien que toi et que ce que je t'ai raconté n'était que des sottises.
– Je l'espère Ron.
– Regarde, on est arrivées.
– Que c'est beau!
– Attends de voir le ruisseau et le jardin...
Véronica se gara et elles entrèrent. Pendant ce temps, Archie était entre le hall et une partie de la véranda où il épiait Ricardo et le mannequin, et aussi afin qu'il puisse lui donner le signal. «Faites que tout se passe bien« pensa-t-il. Il était vraiment nerveux. Soudain il vit Betty et Véronica arriver. Il passa près de la véranda ce qui alerta Alexandra. Elle s'approcha de plus en plus de Ricardo. Celui-ci la trouvait un peu trop près à son goût. Il allait la repousser un peu quand soudain il sentit celle-ci sur lui. Il n'eut même pas le temps de la repousser qu'il entendit la voix qu'il aimait tant lui crier son nom. Soudainement, Alexandra se redressa sur son siège et fit semblant d'être surprise. Ricardo se releva juste à temps pour voir Betty courir en pleurs et vit de nulle part le jeune homme qu'il détestait tant, Archie, courir après elle. Véronica resta là et alla le voir.
– Ricardo, comment as-tu pu...
– Je... Betty! cria-t-il et se mit à courir.
Il fut retenu par Ron. Il se fâcha et se retourna.
– Lâche-moi Ron! Je dois aller la voir, lui expliquer que ce n'est pas ce que vous pensez!
– Mais nous avons tous vu Ricardo...
– Véronica, je te jure que c'est elle qui...
Il se retourna pour la voir et lui cria:
– TOI!! Tu es mieux d'aller t'expliquer à la jeune fille! Et de toute manière, pourquoi m'as-tu fait cela?
– Arrête de crier! Mon dieu! Je savais pas moi que tu étais pris, alors j'ai tenté le tout pour le tout.
– Tu me dégoûtes!
– C'est ça! Alors moi je m'en vais!
– Bon debarras, je t'aurais jetée dehors de toute manière!
La mannequin partit et Ricardo ne savait plus quoi faire. Il s'assit et regarda le ruisseau comme si celui-ci allait lui donner une réponse. Véronica s'approcha de lui et lui prit la main. Ricardo la regarda un peu contrarié. Celle-ci lui dit:
– Ne t'en fais pas Ricardo, tout va s'arranger. Je suis sûre que Betty va comprendre.
– Non Véronica, elle a assez souffert en amour. Elle me l'a dit, et maintenant moi. Je me sens mal Véronica, j'ai perdu Betty c'est sûr.
– Non, tu vas voir.
Il commença alors à verser quelques larmes et Véronica l'approcha de son épaule et celui-ci se mit à pleurer sur elle. Véronica était satisfaite: son but commençait à être atteint. Elle se demanda si du côté d'Archie, ça allait bien. Mais elle en était sûre: bientôt, plus de Betty et elle afficha un sourire.

suivre...



Épisode suivant


Retour au menu de cette fiction
Retour à la page des fictions
Retour à l'entrée du site